2. Nikon Système de mesure Flash TTL

Traduction (libre) de l’Article original rédigé par Russell MacDonald, autorisée par l’auteur

 

Photo Russell MacDonald http://www.russmacdonaldphotos.com/

Conditions: Flash en iTTL Mode – et non en mode  iTTL-BL.

(TTL signifie iTTL tout au long de ce blog)

Il est très important de se rappeler que le système de mesure TTL Nikon n’est pas activement couplé au système de mesure du boitier. Même si les deux systèmes utilisent le même capteur dans le boitier, ils agissent en toute indépendance. Ce n’est pas vraiment intuitif et ce n’est pas très bien expliqué, dans aucune des documentations que j’ai pu lire. Nikon y fait allusion dans sa brochure sur le CLS lorsque qu’ils parlent d’utiliser le bouton FV Lock pour mesurer la lumière sur un sujet qui sera ensuite décentré alors que le fond est sombre.

à noter: Le système de mesure TTL-BL est activement couplé au système de mesure du boitier, et je parlerai de cela dans le prochain article.

L’image ci-dessus a été prise dans l’obscurité presque totale avec le boitier réglé en manuel sur 1/8s à f/2.8. Remarquez comment la mesure flash a géré l’exposition entière du sujet, alors que le système de mesure du boitier a géré l’exposition de l’arrière plan. C’est visible à cause du décalage de balance des blancs entre le sujet l’arrière plan. L’arrière plan est très jaune et le sujet beaucoup plus blanc. C’est parce que le flash est le seul contributeur de l’exposition du sujet alors que le fond est éclairé par les lumières incandescentes. Le flash était si faible en atteignant le fond qu’il n’a pas du tout contribué à l’éclairer.

Le système de mesure du boitier ne calcule pas la quantité de flash TTL qui sera ajoutée à l’exposition du sujet. Sur le D200 et tous les boitiers antérieurs au D300/D3, le boitier ne fait rien pour vous aider sur ce point. Si vous utilisez souvent le TTL « standard » dans un environnement lumineux vous risquez de sévères surexpositions si vous ne réduisez pas l’exposition du boitier lorsque vous allumez le flash.

Sur un D200 vous pouvez facilement le démontrer en prenant une photo avec et sans le flash, l’obturateur étant réglé sur une valeur fixe. Réglez votre boitier en mode S et laissez l’appareil choisir l’ouverture. L’ouverture choisie par l’appareil est la même, que vous sortiez ou rentez le flash. Cela signifie que quelle que soit la lumière ambiante réfléchie par le sujet il sera éclairé encore plus par le flash et si la lumière ambiante est déjà suffisante pour une exposition correcte, le flash provoquera une sur-exposition.

Toutefois, sur le D300, le D3 et les boitiers plus récents, Nikon a apporté de nettes améliorations pour remédier au problème. Bien que le système de mesure du boitier ne mesure toujours pas la quantité TTL flash qui sera ajoutée à l’exposition du sujet (comme cela le fait en TTL-BL), le nouveau système réduit automatiquement l’exposition en forte lumière ambiante lorsque le flash est allumé. Par exemple, en mode A, en forte lumière ambiante, la vitesse est augmentée lorsque l’on allume le flash. La quantité d’augmentation de la vitesse dépend de la luminosité ambiante. Le processus est similaire à ce que devait faire le photographe pour compenser avant le D300/D3.

Le système de mesure du flash envoie juste un pre-flash et regarde la quantité de lumière réfléchie dans la zone pondérée centrale et ce, peu importe le mode de mesure, l’ouverture ou la vitesse utilisée. La zone de mesure du flash est principalement affectée par les sujets situés au centre et la sensibilité d’autant que le sujet est excentré. Lorsqu’il est situé sur les bords du cadre, le sujet a très peu d’influence sur le système de mesure du flash. La lumière des pre-flash qui est réfléchie au centre de l’image est celle qui détermine la puissance de flash à utiliser pour la prise de vue. Vous pourrez l’observer si le sujet que vous photographiez est très ex-centré. La puissance du flash sera certainement bien trop élevée car le système essaiera d’éclairer un arrière plan au centre (ndt: plus l’arrière plan sera loin derrière le sujet et plus cela se produira) . C’est pour cela que la fonction FV Lock a été inventée (Flash value lock). j’ai écrit un article sur cette fonction : http://nikonclspracticalguide.blogspot.com/2008/01/4-so-what-is-flash-value-lock.html . (en attendant une traduction, lien vers l’article original)

Ainsi, vous pouvez en déduire que la lumière ambiante réfléchie par le sujet est ajoutée à l’exposition une fois par le système de mesure du boitier et une fois par le système de mesure du flash et que la sur-exposition est souvent la résultante lorsque la lumière ambiante est trop forte.

Voici un exemple de sur-exposition en condition de forte lumière ambiante.

Photo Russell MacDonald http://www.russmacdonaldphotos.com/

Il faut tirer une conclusion opérationnelle importante de ceci. Lorsque la lumière ambiante est forte, il est souvent meilleur de corriger la puissance du flash de -1.7 pour commencer. Cela permettra souvent d’éviter la sur-exposition en particulier sur les visages des sujets.

Remarque: c’est ce que font automatiquement pour vous les boitiers plus récents (D300/D3), excepté qu’ils agissent sur les réglages du boitier, ce qui réduit la quantité de lumière ambiante dans l’équation (flash/lumière ambiante) pour l’exposition finale. Cependant, lorsque vous êtes en extérieur avec une forte lumière ambiante ce n’est pas si intéressant que cela car cela a tendance à rendre le fond plus sombre. Cette amélioration n’est donc qu’un garde fou qui protège le photographe non averti contre une sur-exposition importante. La meilleure façon de réaliser des photos en utilisant le TTL standard est de mettre son boitier en mode manuel, mode dans lequel vous avez un control total sur l’ouverture et la vitesse. Ensuite, vous corrigez la puissance du flash à la baisse comme je l’ai indiqué plus haut.

C’est pour cette raison que Nikon a inventé le mode TTL-BL, dont je parlerai dans mon prochain article.

Retour à la liste des articles CLS